Moteur! La comédie humaine... ou pas

Cette semaine, passez par tous les états en rendant hommage aux traditions, à des faits de société et à l’être humain dans toute sa complexité, aussi sombre et tendre qu’il puisse être, parfois les deux en même temps. Le programme de la TV numérique vous fera rencontrer autant de monstres gentils que d’humains monstrueux, plonger dans des atmosphères glaçantes, vertigineuses ou explosives et terminer cette semaine bien chargée devant une comédie hilarante ou un divertissement sage et pittoresque.

Hôtel Transylvanie 2 sur la télé numérique de Sunrise
Hôtel Transylvanie 2

On a ri et on rit encore: «Hôtel Transylvanie 2»

Retour de la bande des célèbres monstres traditionnels (Dracula, Frankenstein, la momie, etc.) en version gentille et, surtout, très très drôle. Mieux encore, le réalisateur Genndy Tartakovsky est parvenu à faire plus drôle que le premier, exploit rare dans cette catégorie de films qui aligne les suites et les suites des suites, souvent jusqu’à l’épuisement du scénario. Ici, c’est à un alignement de gags que l’on assiste; une rafale, même. Entre les traditionnels slapsticks, les anachronismes hilarants et les bonnes louchées satiriques qui frisent gaiement le politiquement incorrect, tout le monde – enfants, parents et grands-parents – y trouvera son compte pour une soirée pop-corn en famille comme on les aime.

Regarder la vidéo
bande annonce: Hôtel Transylvanie 2

Le vertige: «The Walk - Rêver Plus Haut»

Ce film est un hommage car il rejoue des histoires vraies. Un hommage au funambule français Philippe Petit, saltimbanque sur le fil s’adonnant à un exercice d’équilibrisme où la moindre erreur pourrait lui être fatale. Mais également un hommage au World Trade Center, tombé en ce funeste 11 septembre 2001 au cours duquel près de 3000 personnes ont trouvé la mort. Le réalisateur Robert Zemeckis, qui a été récompensé aux Oscars pour ce biopic, a choisi de nous le présenter comme un film d’action tirant sur le film de gangsters – cette aventure étant aussi dangereuse qu’illégale – et joue sur un équilibre fragile entre poésie et spectaculaire.

Regarder la vidéo
bande annonce: The Walk

Au cœur du non-droit: «Sicario»

Sélection officielle à Cannes pour ce film policier, qui aurait toutefois mérité plus. «Sicario» nous plonge sans ménagement dans la réalité des cartels de la drogue surpuissants à la frontière du Mexique. A l’image de ceux-ci, le réalisateur Denis Villeneuve maîtrise tout dans ce film. La mise en scène est parfaitement orchestrée, la tension est maintenue à son comble jusqu’au final, les personnages sont incarnés à la perfection par le casting (on se demande s’il s’agit bien de Benicio del Toro ou si l’acteur n’a pas été recruté directement dans le milieu). Le spectateur suit l’agent du FBI Kate Macer, interprétée par Emily Blunt, qui jette un regard humain et idéaliste sur ce monde trouble gouverné par une rigueur et une violence glaciales.

Regarder la vidéo
bande annonce: Sicario

Un conte fantastique: «Crimson Peak»

Ce serait ingrat de réserver les félicitations à Thomas E. Sanders, directeur artistique de ce film fantastique réalisé par Guillermo del Toro, lequel nous avait déjà enchantés avec «Le Labyrinthe de Pan» en 2006. Pourtant, on reste émerveillé par la beauté et la sophistication des décors romantiques et des costumes victoriens; par le manoir, véritable chef d’œuvre gothique, qui n’est pas sans rappeler certains châteaux de contes de fées. Mais on se souviendra aussi de la trame, riche, mêlant savamment toute l’horreur et toute la bonté résidant au cœur de l’humanité, ainsi que de l’univers rappelant celui de l’écrivain Edith Wharton, qui a su décrire avec brio l’hypocrisie, la brutalité et le cynisme du milieu de la haute bourgeoisie du XIXe siècle. 

Regarder la vidéo
bande annonce: Crimson Peak

Yo-hol-di-o-u-ri-a! «Une Cloche Pour Ursli»

Un récit d’apprentissage d’Engadine, écrit en 1945 et porté à l’écran par le cinéaste schwytzois Xavier Koller en 2015. On y retrouve tout ce qu’il y a de plus traditionnel en Suisse depuis Heidi: les majestueuses montagnes, la neige à foison et les lourdes meules de fromage, avec comme nouveauté 2.0 les enfants qui ont le droit de répondre à leurs parents. Dans la même lignée que les Heimatfilms, ces films du terroir allemands tournés pour la plupart dans les années 1950 – 1960, «Une Cloche Pour Ursli» nous rappelle nos rêves pittoresques d’enfant et fera découvrir à nos petits chérubins une partie de l’histoire de la terre qu’ils foulent aujourd’hui de leurs petits pieds. Un divertissement doux et familial.

Regarder la vidéo
bande annonce: Une Cloche Pour Ursli