Genève, cité haut débit

Avec le réseau de fibre optique le plus important de Suisse, Genève continue à tisser sa toile. Objectif: raccorder 200 000 ménages et entreprises d’ici à la fin 2016, soit 80% de la population du canton.

Génève, cité haute débit
Génève, cité haute débit

De plus en plus connectée, notre société a vu ses échanges de données électroniques se multiplier par quatre durant ces cinq dernières années. Ce qui nécessite de mettre en place des infrastructures de plus en plus performantes. Pour répondre à ce besoin, SIG oeuvre au déploiement du réseau de fibre optique de Genève, aujourd’hui le plus important du pays.

«L’utilisation d’internet est en pleine mutation, indique Christophe Guillet, responsable de l’Unité développement télécom à SIG. Aujourd’hui, les internautes ne se contentent plus de surfer sur internet et d’échanger des e-mails, ils consomment et partagent une énorme masse de données.» Si les entreprises sont jusqu’ici génératrices de la plus grande partie du trafic en ligne, la transmission de données grand public explose. L’usage de la TV haute définition, du streaming, des jeux en ligne, du partage d’images et de vidéo, de la téléphonie ou encore des appels vidéo nécessite une connexion stable et rapide, tant pour le téléchargement que l’envoi de données.

Par ailleurs, le nombre de services et d’objets connectés augmente également: la télémédecine, la formation à distance, la domotique ou encore la ville intelligente se développent et nécessitent un réseau rapide et fiable. Constituée d’un fil de verre de l’épaisseur d’un cheveu capable de transmettre les données à la vitesse de la lumière, la fibre optique répond justement à l’émergence de ces nouveaux besoins. «Cette technologie repousse les limites en termes de débit, souligne Caroline Schweighofer, responsable produit télécom à SIG. Contrairement à l’ADSL et au téléréseau, la fibre est la seule qui permet d’offrir la meilleure qualité de manière constante. L’étendue du réseau, aussi importante soit-elle, et le nombre d’utilisateurs connectés en simultané n’altèrent en rien le débit.»

La fibre optique déployée par SIG sert également au réseau de téléphonie mobile, puisque les opérateurs y raccordent leurs antennes. Les Genevois bénéficient donc de la fibre à la maison comme en déplacement, grâce à de multiples fournisseurs de services. «A l’avenir smartgrid et smartmetering pourront compter sur ce réseau, ajoute Christophe Guillet. Des systèmes qui permettent de gérer à distance et en temps réel l’ensemble du réseau énergétique. Un tel dispositif fonctionne déjà par endroits pour le chauffage à distance.» 

notre société a vu ses échanges de données électroniques se multiplier par quatre durant ces cinq dernières années.

Un réseau en pleine croissance

Actuellement, environ 155 000 entreprises et ménages genevois peuvent bénéficier de la fibre optique. Une fois le réseau terminé, fin 2016, 200 000 prises seront disponibles, de quoi raccorder 80% de la population du canton. Il n’est pas prévu de raccorder les zones de faible densité de population du canton. En termes de distance de fibre posée, cela représente plus que la distance Terre-Lune. «L’équipe réseau Télécom cherche en permanence à optimiser la construction. L’utilisation de matériaux innovants associés à l’optimisation des processus de construction nous a permis de réaliser l’ouvrage en dessous du budget initial», précise Christophe Guillet.

Historiquement, SIG s’est positionnée en pionnière de la fibre. Le déploiement de son réseau pour les grandes entreprises a débuté il y a plus de 15 ans, avant de s’étendre aux particuliers en 2010. Une collaboration avec Swisscom a ainsi vu le jour pour que le projet de construction soit le plus efficace possible. Les deux entreprises se partagent désormais la construction du réseau en deux zones, au sein desquelles les fibres des deux entreprises sont systématiquement posées en simultané.

«Notre rôle consiste à mettre la fibre optique à la disposition de manière neutre et ouverte de divers opérateurs sans leur faire concurrence, permettant ainsi aux clients de bénéficier d’un plus grand choix de fournisseurs d’accès internet, ajoute Caroline Schweighofer. Pour les services aux particuliers et petites entreprises, nous travaillons par exemple avec Sunrise, VTX et K-SYS, et de nouveaux opérateurs sont régulièrement intégrés, comme par exemple Init7 dès le 1er juin 2015.»

Si le passage à la fibre optique répond à un impératif de performance dans l’échange de données, il s’avère également intéressant sur les plans écologique et économique. Le cuivre, majoritairement utilisé dans les premiers réseaux encore en fonctionnement, engendre une grande quantité de déchets. Une pollution due notamment aux différentes étapes nécessaires à l’extraction du minerai de cuivre. La fibre optique, constituée d’un très fin tube de verre, s’avère bien moins problématique en termes d’impact environnemental.