Moteur! Le pêle-mêle de la vie à l'écran

Porter à l’écran le chaos existentiel, voilà le programme de télévision numérique cette semaine: un gangster côtoyant le FBI, le Sénat et l’université; une fillette qui offre à son père une prostituée – et s’offre, du même coup, une maman pour Noël; un prof de philo qui trouve la sagesse d’une manière inhabituelle… La fiction est à l’honneur (un biopic seulement) et tous les genres sont permis. Car nous vous proposons, entre autres, un drame comique de Woody Allen ainsi qu’un film d’horreur qui déclenchera les rires.

Strictly Criminal sur la télé numérique de Sunrise
Strictly Criminal sur la télé numérique de Sunrise

Un monstre aux yeux clairs: «Strictly Criminal»

L’histoire vraie d’un gangster, de mèche avec un agent du FBI et dont le frère était l’ancien président du Sénat du Massachusetts. De ses deux proches, il causera la perte. Le malfrat avait déjà inspiré le rôle, ultraviolent, incarné par Jack Nicholson dans «Les Infiltrés», de Martin Scorsese. Le tournage de «Strictly Criminal» a donné lieu à un véritable ballet de producteurs et d’acteurs. Cependant, on tire notre révérence à la direction des comédiens, magistrale, par le réalisateur Scott Cooper. Johnny Depp est méconnaissable, comme souvent dans ses interprétations. Mais le plus surprenant est sans aucun doute le réalisme de sa transformation physique, qui donne toute la profondeur au monstre qu’il représente.

Regarder la vidéo
bande annonce: Strictly Criminal

Kev Adams, conteur: «Les nouvelles aventures d’Aladin»

Les critiques n’ont peut-être pas volé aussi haut que le tapis volant d’Aladin, mais le film a enregistré un nombre phénoménal d’entrées. Si l’on considère le personnage joué par Kev Adams (un père Noël des Galeries Lafayette, pris en otage par une bande de mômes lui demandant de leur raconter une histoire), on voit se dessiner une certaine mise en abyme entre le film et la réalité. Car ce blockbuster à la française, dans lequel le père Noël livre l’histoire d’Aladin – célèbre personnage des contes des Mille et une nuits – revisitée à la façon des Mille et une vannes pour la génération 2.0, ravira sans nul doute son public cible, c’est-à-dire les 12 – 15 ans. Mais les plus grands aussi se laisseront prendre par le récit. Un drôle de conte qui ne manquera pas de faire rire.

Regarder la vidéo
bande annonce: Les Nouvelles Aventures D'Aladin

Un conte de Noël: «Max»

«Max» a remporté le titre de «Meilleur film» au Festival du Film de Sarlat en 2012, dont la spécificité est de s’adresser aux lycéens en section littéraire, option cinéma. Pas étonnant pour ce conte de Noël touchant qui commence sur une idée quelque peu farfelue: Max, petite fille attachante, a perdu sa mère à sa naissance et vit avec son père voyou (au grand cœur, cependant), à qui elle fait cadeau d’une prostituée pour Noël. L’absurdité de l’intrigue au début et la dimension familiale de cette comédie captent l’attention du spectateur. Cette comédie n’est pas sans rappeler Pretty Woman (le luxe en moins) à la fin. Et comme dans les contes, la fin est plus heureuse que le début.

Regarder la vidéo
bande annonce: Max

Bienvenue dans le chaos: «L’Homme irrationnel»

Woody Allen revient chaque année, comme les hirondelles au printemps. C’est pourquoi l’on connaît bien le style de cet auteur. La particularité de ce film-ci, dans la lignée des drames «Match Point» et «Le rêve de Cassandre», qui n’ont absolument rien de drôle, c’est justement son ton tout à fait comique, ne serait-ce que grâce au personnage de professeur de philo dépressif qui déraille en trouvant son salut dans un acte irrémédiable. La légèreté du film et son génie sont également – voire surtout – portés par l’excellent jeu des acteurs, ainsi que par sa musique très rythmée, qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement… ou plutôt jusqu’à la chute.  

Regarder la vidéo
bande annonce: L'Homme Irrationnel

(Dés)équilibré: «Freaks of Nature»

Un équilibre insolite: une petite ville paisible peuplée de vampires (en haut de l’échelle sociale), d’humains (la classe moyenne) et de zombies (à six pieds sous terre). Cet ordre est perturbé par l’arrivée d’extraterrestres, et les habitants de la ville ne trouvent rien de mieux à faire que se battre entre eux, dans un joyeux bain de sang, cela va sans dire, sans inquiéter leur véritable ennemi (commun de surcroît). Une stratégie aussi étonnante que la composition de la ville, et qui donne autant de matière à rire que de matière à charcuter, dans un film au genre étonnant.

Regarder la vidéo
bande annonce: Freaks Of Nature